Je me rends compte que bien souvent les gens sont mal dans leur peau. Ils ne savent pas s’aimer.

La plupart sont obnubilés par l’apparence, le jugement des autres et d’eux mêmes.

Il faut dire que le boom des réseaux sociaux n’a fait qu’accroitre la standardisation du corps. Une image du corps bien souvent fausse puisqu’elle est la plupart du temps retouchée. Certains comptes jouent d’ailleurs là dessus et

Nous nous retrouvons dans une société où l’égo prend une place démesurée, où l’apparence est l’objectif premier. Le selfie en est la preuve. Il nourrit en entretient une mégalomanie inconsciente.

Ne pouvons-nous pas nous accepter comme nous sommes ?

Gros, maigre, ni gros ni maigre, blanc, noir, jaune, bleu ou vert à petits pois violets ?

Plutôt que de vouloir ressembler à un filtre Photoshop, ne pourrions-nous pas être nous même, dans notre beauté à nous, sans jugement, sans retouche ?

J’ai mis du temps à m’accepter comme je suis, imparfait vis à vis du système avec mes petits bourrelets, mon petit mètre soixante dix et j’en passe.

Mais finalement, je suis beau à ma façon et puis ça me va très bien comme ça. J’ai déjà la chance d’être en vie et en forme. Pourquoi se concentrer sur ce qui n’irait pas alors que tant de choses vont bien ?

Il faut, bien sûr, prendre soin de soi, mais sommes-nous obligés d’être malheureux parce que nous ne répondons pas aux canons de beauté factices imposés par la société ? Et, quand bien même suis-je « non conforme », qu’est ce qui m’empêche de m’aimer ?

Qu’est ce qui fait de moi un moins bel être humain que les autres ? Absolument rien.

Si je ne m’aime pas, je serai toujours malheureux. C’est pourquoi, je pense qu’avant de vouloir correspondre au diktat de la mode, apprendre à s’aimer, se donner de l’amour est la première chose que nous devons faire.

D’ailleurs si je ne m’aime pas moi-même, quelle est la valeur réelle de l’amour que je peux donner à l’autre …